Bakélite, fonte d’acier et d’aluminium, laiton et verre : autant de matériaux qui constituent l’univers éclectique d’Eric Vanstaën. Rassemblant des objets venus de tous horizons – des métros Sprague à l’outillage de bricolage des années 1930 – il assemble, soude, polit et recrée un univers personnel fait de figures anthropomorphes et animalières – ses bonshommes comme il les appelle. Son attrait pour le métal ne date pas d’hier.

Eric Vanstaen – Devenir humain, Prix de coeur Lil’art 2011

Exposition du 25 avril au 23 mai 2011 (Les Lilas, Centre culturel Jean-Cocteau)

devenir-humain

Autodidacte, Eric Vanstaën a construit sur le tas ses connaissances. « Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours bricolé. Je fouille sans cesse. » Si certains détournements n’ont pour objectif que de leur offrir une nouvelle beauté, un support d’interrogation, ses figures anthropomorphes recréent un univers dont l’humanité interroge : les animations des personnages métalliques troublent parce qu’ils touchent autant à l’humain qu’à l’étrange. « Je cherche avant tout des rencontres et du rire », avoue ce passionné d’André Breton et des Surréalistes. Assurément ce qu’il y a de plus humain.